L’évaluation des fournisseurs dans l’ISO 9001: 2015

Sans être révolutionnaire, la version 2015 de l’ISO 9001 apporte tout de même son lot de nouveautés : structure en PDCA, approche risques / opportunités affichée, etc., toutes ayant déjà été largement commentées dans la littérature. Il en reste une, cependant, passée quelque peu inaperçue et pourtant susceptible d’avoir un impact, sinon sur la métrologie elle-même, sur l’évaluation des prestataires d’étalonnage et des fournisseurs en général : l’efficacité perçue.

Note du 26/09/2015: Attention. Cet article, fondé sur la lecture du Draft (version ouverte à enquête publique), est rendu caduc par la parution du texte définitif, le principe d’efficacité perçue s’étant mystérieusement évaporé dans ce dernier. La raison de la disparition de cette notion relève, à mon sens, plus probablement de la difficulté que représente son audit que de son manque de pertinence.

Cette notion (§8.4.2.b du DIS: PR NF EN ISO 9001:2015) pourrait en effet faciliter la réalisation de cette exigencequ’est l’évaluation de son prestataire d’étalonnage, exercice peu aisé pour un non métrologue. Contre tout attente et alors que le texte insiste sur la prise de décision fondée sur des preuves, celui-ci introduit aussi l’efficacité perçue, notion éminemment subjective fondée, elle, sur l’impression, le ressenti.

La pratique actuelle consistant à présenter à l’auditeur les certificats d’étalonnage, voire les procédures de son prestataire de métrologie en guise de preuve de sa compétence est couramment acceptée malgré l’aberration qu’elle représente. Gageons que la notion de qualité perçue permettra d’apporter une réponse à la fois plus sincère et acceptable que la collection documentaire qui, précisons-le, est soigneusement rangée la plupart du temps sans même être ouverte.

Force est de constater pourtant que nombre de relations client-fournisseur pérennes et efficientes sont basées sur ce seul principe. Donner sa confiance, car c’est de cela qu’il s’agit, à un prestataire dont on ne sait pas évaluer techniquement la compétence, est bien un acte qui participe d’une qualité perçue et non démontrée. En effet, on peut être absolument convaincu du sérieux et de la compétence d’un fournisseur sans même connaître les aspects techniques de son métier et la norme permettra enfin d’en tenir compte. La compétence perçue devient ainsi un critère qualitatif parmi d’autres dans l’évaluation des fournisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.